FANDOM


Ludwig van Beethoven

Ludwig van Beethoven

La Symphonie n°1 en Ut Majeur op.21 est la première symphonie du compositeur Ludwig van Beethoven.

ContexteModifier

La première symphonie de Beethoven a été composée entre 1799 et 1800 et créée le 2 avril 1800 au Burgtheater à Vienne. Publiée à la fin de l’année 1801 chez Hoffmeister à Leipzig, elle est dédiée au baron Van Swieten, mélomane, ami de Wolfgang Amadeus Mozart et de Joseph Haydn, et l'un des premiers protecteurs de Beethoven à Vienne. Beethoven avait prévu de dédicacer l'œuvre à Maximilien François d'Autriche avant le décès accidentel de ce dernier.

Le manuscrit ayant été perdu, on ne connaît pas la date exacte d'achèvement. Selon Marc Vignal une ébauche était réalisée en 1796 qui sera reprise sous une forme modifiée pour le finale de la première symphonie.

Beethoven livre sa première symphonie en pleine maturité, il a trente ans (alors que Mozart en avait 9, Shubert 16) et a déjà produit quelques chefs-d'œuvre (concertos, sonates pour piano, trios et quatuors). Élève de Joseph Haydn et admirateur de Mozart, il reste marqué par leur influence dans l'écriture de la première symphonie comme la seconde qui restent proches de l'esthétique classique du XVIIIe siècle.


InstrumentationModifier

Bois
  • 2 flûtes
  • 2 hautbois
  • 2 clarinettes en ut
  • 2 bassons
Cuivres
  • 2 cors en ut et en fa
  • 2 trompettes en ut
Percussions
  • timbales
Cordes
  • 1ers et 2nds violons
  • altos
  • violoncelles
  • contrebasses


StructureModifier

I. Adagio molto - Allegro con brioModifier

  • Indications métronomiques : Adagio molto, Allegro con brio
  • Indications métriques : 4/4, 2/2
  • Tonalité : Ut Mineur

À la manière de Haydn, il débute par une introduction lente Adagio molto de douze mesures créant une certaine ambiguïté dans la tonalité de l'œuvre. Le ton d'ut majeur n'est affirmé que dans l'Allegro con brio de forme sonate classique. Le premier thème, impétueux et jubilatoire, contraste avec le second, plus mélodieux. Le développement est très modulant, exclusivement construit sur le premier thème. La réexposition reprend les deux thèmes, le premier varié, le second textuel, mais à la tonique au lieu de la dominante. Le mouvement s'achève sur une coda assez conventionnelle.

II. Andante cantabile con motoModifier

  • Indications métronomiques : Andante cantabile con moto
  • Indications métriques : 3/8
  • Tonalité : Fa Majeur

Andante cantabile con moto, ce mouvement de forme sonate reprend certains procédés de la Symphonie no 40 de Mozart. Le premier thème de l'exposition est exploité en fugato à quatre voix. Les entrées successives sont largement espacées, ce qui donne une sensation de clarté à la polyphonie. Le second thème est une sorte de conséquent. Après une codetta où les timbales jouent un rôle d'ostinato, Beethoven recommandait une reprise da capo souvent occultée par les chefs d'orchestre aujourd'hui. Le développement, dans l'esprit Sturm und Drang, met en valeur de nombreuses modulations et l'ostinato rythmique. La réexposition est variée et se conclut par une coda, elle-même variée.

III. MenuettoModifier

  • Indications métronomiques : Allegro molto e vivace
  • Indications métriques : 3/4
  • Tonalité : Ut Majeur

C'est le mouvement le plus original de la symphonie. Malgré son intitulé, c'est un véritable scherzo. L'Allegro molto e vivace est d'ailleurs un tempo trop rapide pour un menuet. Le thème du menuet est développé, puis repris sous une forme variée. Celui du trio est un deuxième scherzo enchâssé dans le premier et qui adopte la même structure que le précédent.

IV. FinaleModifier

  • Indications métronomiques : Adagio, Allegro molto e vivace
  • Indications métriques : 2/4
  • Tonalité : Ut Majeur

L'Allegro molto e vivace de forme sonate débute par un court Adagio, montée progressive de la gamme de sol. C'est un mouvement dans le plus pur style haydnien. Les deux thèmes sont allègres, en notes piquées et répétées pour le premier, en dialogue syncopé pour le second. Le développement est exclusivement sur le premier thème, lequel sera écourté dans la réexposition alors que le deuxième thème est allongé et suivi d'une coda.


Réception et critiquesModifier

à compléter...


Utilisation dans la cultureModifier

à compléter...


Autres versionsModifier

à compléter...


Enregistrements notablesModifier

  • NBC Symphony Orchestra, Arturo Toscanini, 1939, Naxos
  • Wiener Philharmoniker, Wilhelm Furtwängler, 1952, EMI Classics
  • Berliner Philharmoniker, Herbert von Karajan, 1962, Deutsche Grammophon
  • Wiener Philharmoniker, Leonard Bernstein, 1978, Deutsche Grammophon
  • Chamber Orchestra of Europe, Nikolaus Harnoncourt, 1991, Teldec
  • Wiener Philharmoniker, Simon Rattle, 2002, EMI Classics
  • La Chambre Philharmonique, Emmanuel Krivine, 2010, Naïve
  • Gewandhausorchester Leipzig, Riccardo Chailly, 2011, Decca


LiensModifier

Liens audio et videoModifier

Liens externesModifier


Symphonies de Ludwig van Beethoven
Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .