FANDOM


Nikolai Rimsky-Korsakov

Nikolaï Rimsky-Korsakov

Schéhérazade, op.35 ([ru] Шехерaзада) est une suite symphonique composée par Nikolaï Rimsky-Korsakov.

ContexteModifier

L'œuvre a été créée à Saint-Pétersbourg le 3 novembre 1888 dans le cadre des Concerts symphoniques russes.

En 1910, Michel Fokine créera sur cette musique un ballet pour les Ballets russes, avec notamment Vaslav Nijinski dans l'un des rôles principaux, ainsi que des décors et des costumes de Léon Bakst.

InstrumentationModifier

Bois
  • 2 flûtes ; 1 piccolo ; 2ème flûte jouant 2ème piccolo
  • 2 hautbois ; 2ème jouant cor anglais
  • 2 clarinettes en la et en si♭
  • 2 bassons
Cuivres
  • 4 cors en fa
  • 2 trompettes en la et en si♭
  • 3 trombones
  • 1 tuba
Percussions
  • timbales
  • caisse claire, grosse caisse, cymbales, triangle, tambourin, tam-tam
Cordes
  • 1ers et 2nds violons
  • altos
  • violoncelles
  • contrebasses
  • harpe

StructureModifier

I. La mer et le vaisseau de SimbadModifier

  • Titre original : Море и Синдбадов корабль
  • Indications métronomiques : Largo e maestoso — Lento — Allegro non troppo — Tranquillo

à compléter...

II. Le récit du prince KalenderModifier

  • Titre original : Рассказ царевича Календера
  • Indications métronomiques : Lento — Andantino — Allegro molto — Vivace scherzando — Moderato assai — Allegro molto ed animato

Le second mouvement commence par le thème du violon solo ponctué par les accords de harpe. Mais cette fois-ci, si c'est bel et bien la conteuse qui ouvre le mouvement, c'est l'histoire du prince Kalender qu'elle nous raconte. Le thème du prince est tour à tour interprété par le basson, le hautbois, les cordes puis tout l'orchestre. Un thème brillant et guerrier intervient au centre du mouvement déclamé par le trombone et la trompette, cuivres au son militaire. Toute l'agitation qui en résulte amène à une cadence à la clarinette solo, qui rappelle le thème du prince, légèrement modifié. Le thème militaire est développé en parallèle avec le thème du prince et aboutit à une seconde cadence, qui vient en écho à la précédente, mais cette fois-ci au basson solo. Juste après, l'enchaînement se fait avec un retour des triolets du thème principal transformé et en réponse au thème du prince. Le mouvement se conclut dans un déchaînement général.

III. Le jeune prince et la jeune princesseModifier

  • Titre original : Царевич и царевна
  • Indications métronomiques : Andantino quasi allegretto — Più mosso — Come prima — Più animato

Le troisième mouvement est plus calme, il parle du prince et de la princesse. La poésie et la douceur sont de mise. Seules de véloces et virtuoses gammes de clarinette et de flûte (en réponse) viennent perturber ce climat de tendresse. Climat de tendresse que Rimski-Korsakov crée en utilisant les violons sur la cordes de Ré, donnant un timbre presque plaintif. Au milieu du mouvement, un thème plus léger sur accompagnement de tambourin donne un caractère enfantin. Après un tutti orchestral lyrique, c'est sur une cadence du violon solo sur le thème de la conteuse, que l'on revient au climat de la première partie de ce troisième mouvement.

IV. Fête à Bagdad. La Mer. Le Vaisseau se brise sur un rocher surmonté d'un guerrier d'airainModifier

  • Titre original : Багдадский празд­ник. Море. Корабль разбивается о скалу с мед­ным всадником
  • Indications métronomiques : Allegro molto — Lento — Vivo — Allegro non troppo e maestoso — Tempo I°

Le quatrième mouvement reprend plusieurs thèmes de la pièce. Notamment les deux cadences du violon solo au début et toute la fin en longue cadence du violon accompagné par l'orchestre de moins en moins fort. C'est la conteuse qui endort le sultan. Au milieu du mouvement, le thème festif (un rythme de base décomposé en deux parties, une longue et une brève) se développe avec des ornements de virtuosité et un accompagnement léger.

Réception et critiquesModifier

à compléter...

Utilisation dans la cultureModifier

à compléter...

Autres versionsModifier

Enregistrements notablesModifier

  • Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, 1958
  • New York Philharmonic, Leonard Bernstein, 1959
  • Chicago Symphony Orchestra, Fritz Reiner, 1960
  • Berliner Philharmoniker, Herbert Von Karajan, 1967
  • London Symphony Orchestra, Sir Charles Mackerras, 1990
  • Wiener Philharmoniker, Seiji Ozawa, 1994

LiensModifier

Liens audio et videoModifier

  • YouTube
  • Deezer
  • Spotify

Liens externesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .