FANDOM


Camille Saint-Saens

Camille Saint-Saëns

Le Carnaval des Animaux est une suite pour orchestre composée par Camille Saint-Saëns.

ContexteModifier

Saint-Saëns composa l'œuvre au cours de ses vacances dans un petit village autrichien au début de l'année 1886. Son but était de faire rire, sans tomber dans la puérilité, ce qui lui fut reproché, car on le considérait comme un compositeur sérieux.

L'œuvre a été créée le 9 mars 1886 par un groupe que dirigeait Lebouc, durant le Carnaval de Paris, à l'occasion du Mardi gras. La suite fut rejouée le 2 avril 1886 par la société « la Trompette » pour fêter la Mi-Carême.

Le compositeur interdit ensuite l'exécution publique de cette œuvre de son vivant. Il fallut attendre la lecture de son testament pour que l'œuvre soit rejouée en public. Seule la pièce intitulée Le Cygne était exclue de cette auto-censure, et fut si volontiers jouée qu'elle devint le « tube » de générations de violoncellistes. Les premières auditions intégrales, publiques (et posthumes) de la suite dans son intégralité ont eu lieu le 25 et le 26 février 1922 sous la direction de Gabriel Pierné.


InstrumentationModifier

Bois
  • 1 flûte jouant piccolo
  • 1 clarinette en si♭ et en do
Percussions
  • 1 xylophone
Claviers
  • 2 pianos
  • glassharmonica (ou célesta)
Cordes
  • 1ers et 2nds violons
  • altos
  • violoncelles
  • contrebasses

StructureModifier

I. Introduction et Marche royale du lionModifier

  • Indications métronomiques : Andante maestoso, Più allegro

Des trilles de piano et des montées de violons et de violoncelles.

Marche très majestueuse, en do majeur pour les premiers accords, en la pour la suite, sur un rythme très strict. Quelques montées chromatiques de piano, puis d'autres aux instruments à cordes qui imitent les rugissements du lion, d'une manière qui n'est guère terrifiante, mais qui jouent un peu sur le tableau de l'inquiétude. Le mouvement finit sur une gamme chromatique ascendante puis descendante de la mineur. L'ambiance générale est celle d'un ballet.

II. Poules et CoqsModifier

  • Indications métronomiques : Allegro moderato

Exemple de musique purement imitative, ce caquetage concertant, auquel vient s'ajouter la clarinette, est un morceau de bravoure. Très ironique, avec des notes dont la venue est quasiment incohérente aux cordes, imitant les caquètements ; ce passage amuse toujours les plus petits par son caractère imitatif.

III. HémionesModifier

  • Alternative au titre original : Hémiones ou Animaux véloces
  • Indications métronomiques : Presto furioso

Uniquement au piano, très rapide, à base de gammes exécutées tambour battant, cela rend la course véloce de ces ânes sauvages du Tibet.

IV. TortuesModifier

  • Indications métronomiques : Andante maestoso

Le thème, bien évidemment lent, est interprété par les violoncelles et les altos. Saint-Saëns met en place une opposition rythmique entre le piano en triolets et le thème binaire en croches. Ce passage s'inspire du célèbre galop d'Orphée aux Enfers, dont Saint-Saëns n'a retenu que le thème. Le ralentissement extrême du rythme (échevelé chez Offenbach) produit un effet des plus savoureux.

V. L'ÉléphantModifier

  • Indications métronomiques : Allegretto pomposo

Ce mouvement est lui aussi comique de manière très directe. Le thème, lent, est tenu par la contrebasse, soutenue par des accords de piano. On note un nombre important de modulations à partir de mi bémol majeur. Ce morceau est une citation de la Danse des sylphes de La Damnation de Faust de Berlioz ; très aérien dans sa version originale, il devient pachydermique chez Saint-Saëns.

VI. KangourousModifier

  • Indications métronomiques : Moderato

Le piano alterne joyeusement des accords avec appoggiatures ascendants puis descendants, et des passages plus lents, où sans doute l'animal est au sol...

VII. AquariumModifier

  • Indications métronomiques : Andantino

Célèbre thème, tournoyant et scintillant, évoquant à la perfection le monde des contes de fées et pays imaginaires, avec des notes du glassharmonica (souvent jouées au glockenspiel ou au célesta) et des arpèges descendants de piano.

VIII. Personnages à longues oreillesModifier

  • Indications métronomiques : Tempo ad libitum

Très évocateur, cet épisode, joué au violon, utilise les harmoniques aigües et des tenues basses. Dans certaines interprétations, on jurerait entendre les braiements de l'âne.

IX. Le Coucou au fond des boisModifier

  • Indications métronomiques : Andante

C'est un mouvement très satirique, où la clarinette a le privilège de répéter 21 fois le même motif, sur les mêmes deux notes, alors que le piano mène la mélodie seul par des accords lents...

X. VolièreModifier

  • Indications métronomiques : Moderato grazioso

Mouvement très gracieux, où le thème est tenu presque exclusivement par la flûte, soutenue par des tremolos discrets des cordes et des pizzicatos. Suivant les interprétations, le tempo varie beaucoup, allant parfois jusqu'à la virtuosité.

XI. PianistesModifier

  • Indications métronomiques : Allegro moderato

Autre passage, très humoristique, qui donne lui aussi dans la caricature. Les pianistes ne font que des gammes, ascendantes et descendantes, dans les tonalités majeures à partir de do, entrecoupées par des accords des cordes. Ce morceau peut être exécuté de différentes façons, selon la manière dont les musiciens interprètent la mention portée par Saint-Saëns sur la partition : "Dans le style hésitant d'un débutant".

XII. FossilesModifier

  • Indications métronomiques : Allegro ridicolo

Passage parodique évoquant, outre les animaux disparus, les vieux airs d'époque. La clarinette reprend l'air célèbre du Barbier de Séville de Rossini Una voce poco fa. Le compositeur plaisante même avec sa propre Danse Macabre, rendue gaie pour l'occasion ! Le thème est joué au début par le xylophone et le piano, avec des pizzicati des cordes. On entend aussi très clairement un fragment de Au clair de la Lune, joué par la clarinette, ainsi que les notes gaies de Ah vous dirais-je maman, deux chansons enfantines, puis, enchaîné à l'air du Barbier, un passage de En partant pour la Syrie, chanson populaire d'époque napoléonienne. Le texte de Francis Blanche rapproche ce mouvement de la Danse Macabre du même compositeur, ce qui se comprend par la similitude de tonalité (sol mineur) et la vigueur, l'aspect étrangement enjoué (en apparente contradiction avec ladite tonalité).

XIII. Le CygneModifier

  • Indications métronomiques : Andantino grazioso

Peut-être le mouvement le plus connu de toute la pièce, en tout cas le seul qui a l'honneur d'être parfois joué seul, c'est un magnifique solo de violoncelle soutenu par le piano, très poétique et sans doute sans humour ni caricature d'un quelconque excès de lyrisme propre aux cordes.

XIV. FinaleModifier

  • Indications métronomiques : Molto allegro

Ce dernier morceau équivaut à la parade des fins de revue. Entamé par la reprise des trilles des pianos du 1er mouvement, il développe lui aussi un thème maintes fois repris plus tard sur d'autres supports. Ledit thème s'appuie sur une descente de basse par figure de marche. On y voit réapparaître plus ou moins brièvement les animaux dans l'ordre suivant : les hémiones (avec des accords scandés par les cordes), les fossiles (notamment par l'utilisation plus importante du xylophone), les poules et coqs, les kangourous, les ânes et implicitement par la tonalité, le lion.

Réception et critiquesModifier

à venir...

Autres versionsModifier

RécitantModifier

On a pris l'habitude d'ajouter une partie de récitant à cette suite :

  • Francis Blanche a écrit de brefs textes pouvant être lus par un récitant lors de l'exécution en introduction humoristique à chaque partie.
  • En 2012, répondant à une commande du Festival de l'Epau, l'humoriste François Rollin écrit de nouveaux textes1 qui sont créés le 31 mai 2012.


Enregistrements notablesModifier

à venir...

Utilisations dans la cultureModifier

  • Aquarium a été maintes fois repris dans la culture populaire :
    • dans des publicités, notamment pour Décathlon et Gallia
    • comme thème principal du film de Terrence Malick, Les Moissons du ciel (Days of Heaven)
    • dans La Belle et la Bête des Studios Disney
    • avant chaque diffusion de film au Palais des Festivals de Cannes lors du festival de cinéma organisé dans la ville.
    • en entrée des concerts de la tournée mondiale de Kylie Minogue Aphrodite : Les Folies Tour en 2011
  • Le Finale a été repris pour une séquence avec des flamants roses dans le dessin animé Fantasia 2000. Pour les besoins du film, le rythme a été changé et le tempo est plus rapide.

LiensModifier

Liens audio et videoModifier

Liens externesModifier

Sauf mention contraire, le contenu de la communauté est disponible sous licence CC-BY-SA .